Treelight

Un peu de jacquard aujourd’hui, avec le joli pull Treelight de Jennifer Steingass.

Ce pull, c’est une histoire qui s’étale sur presque un an. Un gros coup de coeur pour ce modèle en fin d’année dernière qui m’amène à commander le Making Magazine No. 6 « Black & White » dans lequel ce modèle est paru. Un coup de coeur partagé avec ma copine Sandra, avec qui l’on décide de le tricoter en duo. Puis le choix des couleurs, les pelotes sous le sapin offertes par mes soeurs, et les premières mailles début janvier. Mais avec l’arrivée de mon mini loup, j’ai délaissé ce projet pour la layette puis pour d’autres projets un peu plus de saison… C’est finalement fin septembre que son histoire reprend, avec une occasion parfaite: un voyage en Islande en amoureux. J’ai donc embarqué mon en-cours dans la valise et terminé le yoke sur les belles routes islandaises… Tricoter puis porter de la laine islandaise en Islande, en voilà un joli rêve de réalisé. Celles qui me suivent sur IG ont puis suivre notre aventure à travers quelques photos de ce beau pays qui nous a conquis.

Réalisation

Ce pull se tricote en bottom up (du bas vers le haut), avec des bandes de point mousse sur les bords des manches et du corps. On tricote d’abord le corps, puis les manches séparément, en rond (en partant des poignets) et on joint ensuite le tout pour tricoter le yoke (la partie jacquard).

Côté laine, j’avais très envie depuis longtemps de tricoter la fameuse laine islandaise: la Léttlopi de Ístex. C’est une laine très rustique et un peu sèche que j’ai toujours trouvé magnifique sur les projets des autres, malgré le fait qu’elle ne soit pas douce du tout. Le coloris principal est le gris moyen (0057) que j’ai choisi d’associer au moutarde heather (9426), au rouille (9427) et au gris clair (0054). Des couleurs un peu automnales que j’aime beaucoup.

J’ai tricoté la plus petite taille: 97cm (38 1/4). Il est conseillé de tricoter ce pull avec 7.5 à 12.5cm d’aisance positive. Pour moi, on se rapproche plutôt d’une quinzaine de cm d’aisance, mais je n’avais pas le choix étant donné qu’il n’y avait pas de plus petite taille proposée. Le modèle suggérait de prévoir 9 couleurs de coloris principal mais je n’en ai utilisé que 6.5 pour cette taille et environ une demi pelote de chacun des coloris contrastants (voire même un quart pour le gris clair).

Il faut que j’avoue ne plus savoir exactement quelles aiguilles j’ai utilisé… J’avais laissé mon en-cours sur des câbles afin de pouvoir utiliser mes aiguilles pour d’autres projets, en pensant avoir noté la taille quelque part. Mais si mes souvenirs sont bons, mon échantillon était bon avec les tailles suggérées: 3.75mm pour le point mousse et 4mm pour le reste. Avec le recul, je me demande si je n’étais pas passée à une taille d’aiguille supérieure pour tricoter le yoke, comme Anna le conseillait dans son article sur le jacquard. Mais j’ai terminé mon yoke avec mes aiguilles 4mm et le résultat me semble uniforme donc c’est le principal.

Ce n’est pas la première fois que je tricote du jacquard, ni la première fois que je tricote un pull type lopapeysa: j’avais déjà tricoté le pull Lighthouse il y a deux ans. Je ne suis pas encore très à l’aise avec cette technique, j’ai du mal à avoir une tension équivalente en tenant un fil dans chaque main, donc je me suis contentée de tricoter les fils l’un après l’autre en les tenant avec la main droite (comme je le fais habituellement) pour avoir un rendu plus uniforme. J’ai trouvé les rangs à 3 couleurs vraiment longs et laborieux avec les fils à croiser régulièrement pour les faire suivre. J’ai commencé à bien prendre le coup de main sur la fin, mais j’ai encore des progrès à faire. Et je compte bien me perfectionner sur un prochain modèle grâce aux conseils d’Anna dans son superbe livre « Tricoter le jacquard en rond« , aux Editions Eyrolles.

La première série de photos a été prise un matin en Islande, juste avant l’arrivée de la pluie mais avec un vent déjà bien présent comme vous pouvez le voir. Nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de faire d’autres photos avant la fin du voyage avec le temps qui s’était bien dégradé. La seconde série a été prise le week-end dernier en suisse lors d’une de nos balades en famille, avec les jolies couleurs d’automne…

Modifications

  • Bande de point mousse (bas de manches et du corps): j’ai tricoté 6cm au lieu de 7.5cm pour les bandes car je trouvais déjà la bande de côtes suffisamment longue à mon goût.
  • Longueur du corps: 37cm au lieu de 40.5cm.
  • Longueur des manches: 42cm au lieu de 46.5cm.

Et comme il me restait de la laine, j’ai profité de notre vol de retour pour tricoter le petit mouton trop mignon dont le patron était aussi dans le Making Magazine No. 6: Black sheep, White sheep de Susan B. Anderson. En plus d’être mignon, le modèle est ingénieux: ce petit mouton est réversible et ne nécessite donc pas de rembourrage (à part un tout petit peu pour la tête… J’ai donc utilisé ce que j’avais sous la main: les bouts de fils restants de mes deux derniers projets. J’ai toujours tendance à les garder dans une boîte et pour une fois cela aura été utile). Je n’ai pas tricoté les pattes par manque de temps, mais je le trouve très bien sans finalement. J’ai utilisé environ 10g seulement de laine de chaque couleur. C’était une surprise de plus pour mon Robin, pour accompagner la petite boîte de trésors ramassés sur notre chemin (jolis cailloux et coquillages) en souvenir de ce beau voyage…

Bilan

Ce pull Treelight est un vrai coup de coeur. J’aime la délicatesse du motif utilisé dans le yoke et le point mousse au bord des manches, du corps et à l’encolure, qui change des habituelles côtes. Personnellement, le fait qu’il se tricote en bottom up ne me gêne absolument pas: on garde le meilleur pour la fin avec le yoke et cela me motive à tricoter tout le reste. Et je trouve que niveau taille, il tombe parfaitement.

La Léttlopi est, quant à elle, exactement comme je l’imaginais: j’aime le rendu un peu sec et rustique de cette laine mèche qui permet d’obtenir un très beau jacquard et je la trouve très agréable à tricoter. Elle n’est bien évidemment pas douce, mais je trouve que son côté un peu rêche s’est déjà amélioré avec le blocage. Je ne sais pas si certaines personnes arrivent à la porter à même la peau. Ayant une peau assez sensible, elle me gratte si je ne porte pas un tee-shirt assez épais dessous. Je ne porte donc ce pull qu’avec un tee-shirt à manches longues. Et de cette façon je la supporte très bien. Ce pull m’a accompagné sur la fin de notre voyage en Islande, je l’ai terminé et bloqué (elle est très longue à sécher… presque 2 jours alors que je prenais soin de retourner le pull régulièrement et de le changer de place) juste à temps pour pouvoir en profiter pour nos 2 derniers jours sur place. Et le timing était parfaitement synchronisé avec la météo qui était nettement moins plaisante en cette fin de voyage: beaucoup de pluie avec un vent très froid, glacial parfois. Mais cette laine islandaise tient bien ses promesses, elle me tenait bien chaud et j’ai vraiment eu l’impression qu’elle me protégeait plus du froid que lorsque je portais mes autres pulls tricotés. Ce pull remplace aussi très bien une veste pour les balades en forêt quand il fait un peu frais. Bref, même si ce n’est pas une laine que je porte tous les jours, j’ai déjà très envie de la tricoter à nouveau pour rêver encore un peu à l’Islande…

Récapitulatif :

Patron: Treelight de Jennifer Steingass, paru dans le Making Magazine No. 6 « Black & White » (en vente aussi sur Ravelry à présent)

Taille: 38 1/4 (97cm)

Laine: Léttlopi de Ístex: 6.5 pelotes de gris moyen (0057) – 1 pelote de moutarde heather (9426) – 1 pelote de rouille (9427) – 1 pelote de gris clair (0054)

Aiguilles: 4mm (3.75mm pour les bandes de point mousse)

***

7 commentaires sur « Treelight »

  1. Les couleurs sont vraiment assorties à l’islande, c’est très naturel et j’adore.
    Bravo, c’est du grand art !

  2. Superbe, ce motif est très fin. Tu as bien bossé, je suis admirative. J’aime beaucoup ces couleurs naturelles douces. Jolies photos et petit homme est un amour à croque, comme son petit mouton

  3. J’admire sans réserve ce beau pull jacquard, d’autant plus que ce n’est vraiment pas simple à tricoter de manière régulière. J’ai bien galéré en tricotant un petit gilet avec un empiècement jacquard en rond pour ma petite fille, donc je peux juger et apprécier ta réalisation. Les photos sont très belles et ton petit garçon est très mignon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s